A la loupe

Végésupply sème les bases d’une logistique mutualisée pour la filière végétale.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Le projet de chaîne logistique mutualisée Végésupply, labellisé par le pôle de compétitivité VEGEPOLYS, a été sélectionné par le Fonds Unique Interministériel (FUI) dans le cadre de son 15e appel à projets. Végésupply associe quatre entreprises du Maine-et-Loire (49), Fleuron d’Anjou, porteur du projet, JCT Plants, Gaignard Fleurs et Pépinières Détriché, et trois partenaires académiques : l’équipe Systèmes Logistiques et de Production (IRCCyN–Mines Nantes), le Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech et le GRANEM de l’Université d’Angers.

Si la filière horticole française réalise un chiffre d’affaires global de 1,9 milliards d’euros HT, la région Pays de la Loire représente à elle seule près de 20 % du total. Elle figure également au premier rang national en termes de surfaces de production, d’emplois, et constitue le premier bassin de production français pour de nombreux végétaux (hortensias, chrysanthèmes, cyclamens…). Située à l’extrême Ouest de l’Europe et éloignée des principaux centres de consommation européens, la filière horticole ligérienne se distingue par une politique dynamique en matière d’expédition des marchandises.

Végésupply vise à développer une organisation logistique novatrice, mutualisée et durable pour accroître la compétitivité des entreprises du végétal, soumises à de fortes contraintes de transport (fragilité des produits, pics saisonniers…). Des entreprises se sont lancées dans cette réflexion accompagnées par le pôle de compétitivité VEGEPOLYS (350 adhérents issus de l’horticulture, l’arboriculture & maraîchage, les semences, la viticulture, les plantes médicinales,…). La mutualisation est apparue comme un moyen efficace pour dégager des gains de productivité et se positionner sur de nouveaux marchés.

 

Une innovation organisationnelle

 

« En 2012, l’équipe Systèmes Logistiques et de Production (SLP) a conduit une étude de faisabilité avec 7 entreprises qui a confirmé l’intérêt du projet,» explique Olivier Péton, responsable de Végésupply côté Ecole des Mines de Nantes. « Au final le projet a débuté en avril avec 4 entreprises (Fleuron d'Anjou, JCT Plants, Gaignard Fleurs et Pépinière Détriché). Il mobilise 3 enseignants-chercheurs du département automatique-productique et prochainement 1 post-doctorant. Il représente pour nous un montant de 385 k€, dont 40 % sont financés via le FUI. »

L’objectif de Végésupply est d’améliorer le service au client par la réorganisation du système logistique actuel. « De par leur secteur d’activité, on a affaire à des entreprises qui livrent séparément des clients souvent communs, en petites quantités à chaque expédition. Une mutualisation de ces livraisons permettrait de rationnaliser la chaîne logistique, avec à la clé une diminution des coûts, une meilleure qualité de service pour les clients actuels et la possibilité de livrer en 24h l’ensemble des clients en France métropolitaine» poursuit Olivier Péton.

Les solutions proposées permettront aux entreprises de créer de la valeur et des emplois et de conquérir de nouveaux marchés. Et côté recherche ? « Par rapport à la majorité des problèmes d’optimisation en logistique, Végésupply mêle des problématiques de localisation d’entrepôts, de définition de lignes de transport et d’optimisation de remplissage des camions, le tout avec des flux de matières et une structure de coût complexe. On part sur la mise en place d’un entrepôt dans la région d’Angers et d’un ensemble d’entrepôts relais répartis sur le territoire, et qui assureront le transfert des produits vers des transporteurs locaux » La mobilisation de compétences scientifiques devrait créer une véritable innovation organisationnelle.

Les trois partenaires académiques : l’équipe Systèmes Logistiques et de Production (IRCCyNMines Nantes), le Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech et le GRANEM de l’Université d’Angers.

Création site internet : Agence web Images Créations