Au coeur de

Green Lab Center : les technologies de l'information passent au vert

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Entre développement durable et technologies de l'information, le lien est de plus en plus étroit : les "TIC" peuvent contribuer à la préservation de l'environnement - notamment en réduisant les déplacements ; elles peuvent aussi devenir elles-mêmes plus "propres" et "durables". C'est ce qu'on appelle le "green IT" - une discipline émergente, déjà enseignée à l'Ecole des Mines.

C'est autour de cette thématique nouvelle qu'en 2010, Thierry Leboucq, déjà fondateur d'une PME dédiée au sujet, KaliTerre (elle planche par exemple sur la détection des "objets consommants", gourmands en ressources et en énergie, dans un logiciel), a réuni différents acteurs, dans le cadre de l'initiative "Ouest numérique". Peu à peu a émergé l'idée de mieux s'organiser. C'est ainsi qu'est né le Green Lab Center, une structure incubée par le CITT (1) de l'Ecole des Mines.

 

"C'est à la fois un laboratoire, une vitrine et un lieu d'échanges, explique Thierry Leboucq. L'objectif est de promouvoir la démarche auprès des entreprises, de favoriser l'expérimentation et de diffuser les connaissances."

Le Green Lab Center a notamment permis de faire avancer plusieurs projets, comme Webenergyarchive.com, un outil de mesure de la consommation des sites internet. Ou EasyVirt (voir la vidéo), une société spécialisée dans les économies d'énergie pour les datacenters, elle aussi incubée au CITT. Il collabore avec la société Sigma Informatique sur un travail de recherche sur l' "élasticité" des architectures logicielles, en liaison avec un enseignant-chercheur de l'Ecole des Mines, Thomas Ledoux. L'idée étant de réduire l'empreinte énergétique du logiciel en modifiant, selon les cas, son architecture ou ses fonctionnalités. (Voir son intervention lors de «Nantes, green IT is ?»)

Le Green Lab Center est également ouvert sur le monde éducatif. Il accueille ainsi des groupes d'étudiants, qui ont notamment développé un outil permettant de savoir quels postes de travail sont restés allumés en entreprise dans des plages horaires où les postes doivent être fermés, et d'en tirer des statistiques. Des élèves des écoles et collèges sont eux aussi accueillis, dans le cadre de sorties pédagogiques. Afin de renforcer sa visibilité et de faire connaître sa démarche, le Green Lab Center participe en outre à des événements comme Eco-City ou GreeenTouch, qui viennent d'avoir lieu à Nantes, ou encore un concours international d'éco-conception de logiciels prévu pour fin novembre où comment optimiser un code pour le rendre moins consommateur.

 

Modèle économique

 

Pour l'heure, la structure fonctionne sur le mode associatif, avec un abonnement de quelques centaines d'euros pour les entreprises, qui peuvent ainsi exposer leurs produits et se faire labelliser. Elle bénéficie de soutiens financiers, notamment de la métropole nantaise, dans le cadre de "Green Capital", et d'un accompagnement méthodologique par Atlanpole. Mais aujourd'hui, Thierry Leboucq souhaite passer à un autre modèle économique, avec davantage d'entreprises labellisées, et une montée en puissance des adhésions. L'objectif étant de s'autofinancer sans subvention en 2017. Voire, à plus long terme, de constituer un pôle international d'innovation en matière de "green IT".

Thierry Lebouq envisage aussi de tisser des liens avec des partenaires nationaux comme l'Ademe (2) et internationaux. Il n'exclut pas de voir naître d'autres structures du même type que le Green Lab Center à travers le monde. "Le "green IT" est une idée qui progresse, que ce soit dans les marchés publics ou dans les cahiers des charges, observe-t-il. De grands groupes s'intéressent à la question, des opérateurs télécoms commencent à former leurs développeurs et nous demandent de travailler avec eux. Il existe une prise de conscience des enjeux, notamment dans les pays où le coût de l'électricité est plus élevé, comme la Grande-Bretagne. Et la discipline est appelée à faire partie du bagage de tout jeune ingénieur, au même titre que l'approche qualité".

 

(1) Centre d'innovation et de transfert de technologies.

(2) Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

 

En savoir plus : www.greenlabcenter.com

Création site internet : Agence web Images Créations